Comme un roman-photo

tumblr_mapcyuiqzf1qcpm5vo1_500Bien.‎ Tu n’as jamais écrit une seule ligne, mais voilà. Tu exprimes soudain le désir sincère, vigoureux, et lubrique (ne le nie pas) de satisfaire le lecteur ci-contre (et j’imagine de prendre la place du… euh…). C’est pas mes oignons, mais des lecteurs comme ça je te les laisse. Pas du tout mon genre. Non, franchement. Et puis le tien il a l’air de trop se concentrer pour que son QI dépasse les 8,73694. Peu importe. La question qui te taraude, c’est comment faire. Ma foi, je veux bien tenter de t’aider un minimum.

Je vois que tu disposes de deux mains. C’est assez. Un nombre supérieur serait pratique, mais les choses sont ce qu’elles sont. La gauche manifestement porte bien son nom. J’ai pu constater qu’elle n’est pas douée pour grand chose. ‎Reliée à un coude, elle te permettra néanmoins d’y poser le menton lorsqu’il le faudra. Fais-toi déjà à l’idée ‎qu’elle sera un appui à ne jamais négliger, et que dans cette fonction elle te servira plus souvent que ‎tu l’imagines. Passons à la main droite. N’oublie pas qu’elle fournira des efforts soutenus. Sache ‎l’assouplir, l’échauffer. Elle aura souvent la tentation de se crisper, il faudra l’en dissuader. Avec ‎amabilité. Tu pourras même lui masser le creux de la paume comme ça, oui, oh oui c’est bon.‎

Choisis le siège qui te plaira. Peu importe. Si un banc inconfortable et plein d’échardes a ta ‎préférence, ou si un luxueux fauteuil rembourré est ce qui agrée le plus à ton fondement, sois malgré ‎tout conscient que tu devras rester assis de bien longs moments. L’essentiel sera de conserver une ‎posture qui ne te ruine pas la colonne vertébrale.‎

Devant toi, une table ou un bureau. En tout cas un support quelconque, suffisamment stable. Il se ‎peut que tu sois de ceux qui veulent jouer au scribe égyptien et que tu aies le désir d’œuvrer assis en ‎tailleur, pourvu que ce ne soit pas sur un carrelage glacé. Un support, disais-je. Et sur celui-ci, ‎plusieurs choses. Du papier, des crayons, et au minimum une gomme. Pas trop de papier, tu seras ‎bien capable d’aller en chercher s’il t’en manque – l’occasion de te dégourdir les jambes. Je dis pas ‎trop, c’est aussi parce que tu risquerais de te croire capable d’utiliser une centaine de feuilles en une seule ‎soirée.‎

tumblr_ll96hc1xxr1qgls16o1_1280Naturellement, tu peux n’aimes pas forcément le papier. Sans aller jusqu’à travailler sur un matériau ‎tel qu’exemplifié par l’image ci-contre, tu peux aussi avoir opté pour le pianotage sur clavier. Qui sera ‎sans doute en relation avec un ordinateur. Qui utiliserait encore une machine à écrire ? Tu as raison, ‎personne. Tu as aussi raison, personne ne choisirait délibérément le papier comme support premier. ‎Mais vois-tu, le papier garde ce caractère romanesque qui va tellement mieux avec la chose littéraire ‎qu’un écran soudain encombré d’un message d’erreur fatale. Je conserverai donc l’usage de feuilles ‎dans mon exposé tout théorique. Les feuilles et la part de rêve qui va avec.

tumblr_np1n782bse1sil9tao1_540Maintenant, bon, voilà. Tu es assis. Dos droit, regard fier. Papier, crayon(s), gomme, sont posés devant toi. Ta main droite ‎frémit légèrement, la gauche est déjà occupée à te pétrir la nuque. Car maintenant, il va falloir dépasser ‎ce stade préliminaire de l’inventaire des accessoires. Ils sont tous là. Tu as même disposé à portée ‎une tablette de chocolat, qui t’est soudainement devenue indispensable. Il te reste à te mettre à ‎l’eau.‎ Comme ça si tu veux. Mais je ne pensais pas que tu étais du genre à prendre certaines recommandations au pied de la lettre.

Bien sûr, ça ne suffit pas. Écrire n’importe quoi, ça ne fait pas une histoire. (Même si on n’est pas obligé de raconter une ‎histoire, ce qui est un autre sujet). Après quelques lignes, tu vas sans doute t’arrêter et te demander ‎où tu vas. Ou pourquoi là et pas ailleurs. Ou pourquoi tu t’es faufilé dans une impasse boueuse au fond de laquelle s’entassent des poubelles malodorantes et où rôdent des rongeurs voraces qui n’ont pas l’air d’être des hamsters. Alors, pour ‎bien faire, avant d’écrire, tu vas laisser travailler ton imagination. Cet outil immatériel est d’une ‎importance capitale. Un crayon bien taillé ne sert pas à grand-chose si l’imagination n’est pas ‎aiguisée. Pour ma part j’estime que c’est elle qui déclenche l’inspiration. À partir de trois fois rien.

tumblr_md028pg5dn1rppc0go1_500Commence déjà par imaginer ton personnage principal. Celui-ci ? Comme tu veux. C’est toi que ça ‎regarde. Mais vu que d’emblée il se fait décapiter par un lapin géant, je pense devoir suggérer d’opérer un choix plus propice. Hein? D’accord, si tu le veux beau gosse j’ai rien contre. Tant qu’il demeure crédible. Parce que ça comptera. ‎Enfin bref, tu as choisi un bômec, et qu’est-ce qu’il va faire ton bômec ? Architecte, agent secret, ‎diplomate, éboueur, contrôleur aérien, gigolo, maraîcher ? Faut te décider. On n’a pas que ça à faire. ‎Non, garde-barrière, là, je crois que… Oui, ingénieur du son ça peut marcher. Et sa copine ? L’en a ‎pas ? Y serait pas un peu… des fois ? Si ? Bof, enfin moi ce que j’en dis, hein… Non, c’est juste que ça ‎donne l’impression que tu veux faire genre. Ou que tu vises un public bien déterminé. Non ? J’aurais ‎cru.‎

Je vais éviter de suggérer d’aborder les personnages secondaires. On gagnera du temps. Sauf si son ‎copain ressemble à une musaraigne et que ça peut être important pour l’histoire que tu n’as pas ‎encore. Moi me tromper ? Eh, non, bien sûr. Alors on va passer au décor. Tu vas me dire dans quel ‎genre d’endroit tu le vois là tout de suite sans réfléchir. On pourra partir de là pour la suite.‎

tumblr_mgyn6w9ye21r2z8rro1_500Euh… Bien. Je dis pas, c’est une idée, mais je ne vois pas ce qu’on va pouvoir faire avec. Pas très ‎exploitable, tu ne trouves pas ? Côté description, ça donne un peu de grain à moudre, mais sinon c’est pas terrible. Pas ‎d’autre suggestion ? Tant pis on fera avec. (Soupir).‎

Ton bômec (ingénieur du son) là-haut sur son échelle, qu’est-ce qu’il est censé faire ? ‎Hé, je te cause… Il fait quoi ton mignon, il va pas rester là, non ? Il attend quoi ? Le passage du bus ?‎ qu’E.T. vienne lui emprunter son portable pour téléphoner maison? De se faire foudroyer?

Tu sais pas. Le contraire m’eût étonné. Mais mon bonhomme, va falloir songer à ce genre de choses, parce que sans ça… On ‎n’ira pas loin. Tu n’iras pas loin. Et les lecteurs non plus. Il faut y penser aussi aux lecteurs, sauf si tu ‎souhaites écrire pour te gratifier d’une chaleureuse autosatisfaction, auquel cas tu peux remplir les déserts d’ingénieurs du son ‎blonds aux yeux clairs. Tatoués ? Intéressant comme détail, tu ne l’avais pas mentionné et ce n’était ‎pas du tout évident.

robdevita5Tatoué comment si je peux me permettre ? Comme ça ? Plus que ça ? Comme ‎ça ? Ah ? Eh ! ma foi… Voilà qui pourrait aviver mon intérêt pour les arts graphiques.‎

Mais on s’égare, là.

On s’égare et on va pas relancer la machine comme ça. Je vais te donner quelques secondes pour trouver une idée.

Oh!

J’avais dit quelques.

Alors?

Toujours pas ?

Je te laisse une deuxième chance.

Surtout ne te presse pas, nous avons toute l’éternité devant nous.

Dis-moi tout. Je te vois frétiller, sous l’émoi provoqué par une soudaine bouffée d’imagination salvatrice.

Comme ça, c’est l’histoire d’un bel ingénieur du son qui s’ennuie sur la plage et qui voit passer un bel horticulteur égaré qui cherche sa binette oubliée la veille dans les dunes. Nos deux lascars vont se mettre en quête de l’objet qui, s’il s’est ensablé, pourrait représenter un danger certain pour les promeneurs. Après quelques vains efforts, ils s’assoient entre des touffes de hautes herbes à l’abri du vent, le torse luisant de sueur sous le soleil taquin et brûlant, se regardent en chiens de faïence puis soudain se jettent l’un sur l’autre afin de satisfaire à…

Sportive Lemur, Madagascar

… se jettent l’un sur l’autre pour se flanquer une rouste, en profond désaccord esthétique sur la qualité musicale des albums de Mylène Farmer. Je me permets de modifier tout de suite ton histoire qui avait l’air de vouloir tourner scabreuse. Tu fais ce que tu veux mais je ne tiens pas à ce que mes visiteurs prennent la fuite, épouvantés de constater que j’ai cédé aux facilités triviales et abandonné le bon goût. Tu écriras ce que tu désires quand j’aurai le dos tourné, mais conservons un minimum de décence.

En tout cas, tu tiens enfin un début d’histoire. Qui ne vaut pas un clou certes, mais je dois quand même saluer l’effort d’avoir été chercher une idée. Qu’il va falloir faire suivre de quelques autres. Jusqu’à la conclusion. Tu as déjà une idée de la fin ? Mais tu t’améliores, ma parole.

tumblr_mgq46ay4ox1rluyhko1_500Ouais, ouais, ouais. Un troupeau de soucoupes volantes passe par là et « on » les enlève pile au moment où, enfin parvenus à se mettre d’accord sur l’interprétation idéale du septième concerto pour piano de Beethoven (d’abord il n’y en a que cinq et puis dis-moi, quel rapport avec Mylène Farmer ou des galipettes ensablées?), ils venaient de retrouver l’objet perdu. Mais qui n’était pas celui qu’ils cherchaient puisque, euh… ils venaient de déterrer un transmetteur trans-photonique à inversion quasi-quantique d’ondes gravitationnelles perdu par une mission extraterrestre précédente. T’as bouffé quoi ce matin ? Il t’arrive de fumer des trucs bizarres ? Non ? Donc on les enlève parce qu’ils ont retrouvé ce qu’ils ne recherchaient pas et qu’on ne veut pas que ça se sache. Mais oui, c’est super génial, je n’en doute pas.

Et tu veux faire une suite ? C’est pour ça que ça se termine n’importe comment ?

Bon, moi je laisse tomber. D’abord tu n’as manifestement pas besoin de conseils. Sauf un quand même. Qui t’évitera peut-être de faire n’importe quoi, à moins que ça ne t’amuse tant que tu désires persévérer.

tumblr_lvh6wjxvj51r3jwuvo1_1280Tu sais ce que tu devrais faire ? Commencer par lire. Un tas de trucs. Tout ce qui te passe sous la main. Tiens, pour te donner de l’entrain, fait comme celui-ci, là à gauche, qui a aussi quelques velléités littéraires et se prépare en douce à pondre un chef d’œuvre du niveau du dernier Bernard Werber. Ou à peu près. (remarque c’est peut-être un vétéran de l’écriture, un écrivain oublié, ou refusé par tous les éditeurs, bref ce que tu pourrais devenir si tu n’y prenais garde).

tumblr_ltla5lrmvr1qfvtszo1_1280Lire de tout, ce qui te permettra peut-être d’éviter d’avoir de si curieuses idées dont la crédibilité est pire que nulle, et dont la cohérence laisse, comment dire, à désirer. Tiens, comme je suis gentil, je te mets une autre source d’inspiration pour éviter de te faire peur.

Eh! je te cause. T’es bien distrait d’un coup.

Tiens donc, c’est l’image qui te laisse rêveur ? Comme c’est curieux. Si tu te laisses distraire à tout bout de champ, on n’est pas prêts de voir ton roman en librairie. (Irai-je m’en plaindre? Pas sûr.)

Moi, mon brave, je vais me concentrer sur cette image-ci qui a tout de même fait l’objet d’une certaine recherche esthétique :

tumblr_lwmiv0jpss1r3jwuvo1_1280

Je ne sais pas ce qu’on pourra en tirer, mais… je l’ai surtout choisie parce qu’elle risque fort de te susciter un sursaut d’imagination à la fois décente et point trop confuse.

Je crois même que tu pourras commencer par « Il était une fois ». Mais si.

Et pendant que tu te débats avec tout ça, moi je vais aussi m’occuper d’un super-mignon petit minet comme je les aime. Celui-ci :

tumblr_nfk5vp9fyv1stoo0qo1_500

Ah ! L’occasion de t’apprendre encore quelque chose. Eh bien voilà, ce genre de conclusion, c’est un truc à éviter. On appelle ça une mauvaise chute.

Advertisements

Une réflexion sur “Comme un roman-photo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s