Fantaisie pastorale (août 2018)

Pour cette fois, j’ai envie de laisser parler le titre tout seul comme un grand et de la boucler. Cependant, deux remarques. 1/ Ceci illustre parfaitement l’art de foirer une introduction brucknérienne (là, franchement, j’ai dévié très loin de l’objectif initial, et pas seulement au début: la trajectoire de toute la pièce n’a vraiment pas été calculée). 2/ L’illustration choisie autrefois pour accompagner l’ouvrage ayant été jugée indécente par Soundcloud (un des motifs de divorce avec ce site*) au motif semble-t-il qu’on voyait des bras dénudés jusqu’à l’épaule, ou alors c’est parce qu’un gars qu’a un flûtiau dans le bec, ça évoque autre chose que du bucolique et que donc c’est non. Malheureusement quand je vois le gigot sur pattes au milieu des fougères, choisi pour remplacer le pauvre pâtre licencié sans motif sérieux, j’ai l’estomac qui se réveille, voire qui gargouille avec enthousiasme.

 

* Les motifs plus sérieux sont: a] quand on ne peut pas supprimer les morceaux et qu’une nouvelle version vient s’empiler sur la/les précédente/s, c’est pénible, b] la qualité sonore, disons, euh… y a pire mais quand même.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s