De profundis clamavi (at te, auctor)

Je vais ici faire part d'un ressenti en tant que lecteur. Je dois avouer que, depuis quelque temps, la plupart de la production autoéditée me sert de laxatif, ce qui provoque toutefois une irritation à certain endroit. Pour une première raison très simple: dans la hâte d'écrire et publier (vendre, en l'occurrence), les auteurs sont … Lire la suite de De profundis clamavi (at te, auctor)

Publicités

Aphoristiques Apories

Si selon le proverbe chinois « une image vaut mille mots », il arrive malgré tout qu’un mot vaille mille images (chiffre légèrement exagéré). C’est dans l’acte poétique que cette réciprocité est la plus flagrante. Quelques syllabes cristallisent soudain ce qui ailleurs réclamerait un nombre parfois considérables de lignes pour exprimer une même idée, émotion, sentiment (etcetera, … Lire la suite de Aphoristiques Apories

Les Ovoïdes rêvent-ils de Croûtons électriques ? (4/4)

IV – Epilogo: Andantino Rossi J’éviterai de récapituler les épisodes précédents. Non qu’il me déplaise d’être redondant (je sais me le permettre d’une façon un peu suspecte [11]), mais parce que je voudrais, avant d’en venir tout à fait au terme de mon périple, faire un petit détour, et ne pas perdre trop de temps au … Lire la suite de Les Ovoïdes rêvent-ils de Croûtons électriques ? (4/4)

Les Ovoïdes rêvent-ils de Croûtons électriques ? (3/4)

III – Adagio con stylo J’en étais resté au mépris total dont le monde de la Littérature (littératurante) fait preuve envers les mondes des écritures de l’Imaginaire, et par conséquent de la Science-Fiction. À moins que l’auteur ne s’appelle Borges, Buzzatti, ou qu’il soit assez malin pour ne pas étiqueter son roman à l’aide de … Lire la suite de Les Ovoïdes rêvent-ils de Croûtons électriques ? (3/4)

Les Ovoïdes rêvent-ils de Croûtons électriques ? (2/4)

II – Allegretto alla carbonara Reprenons, si vous le voulez bien, la promenade de sottise en sottise entamée hier. Une petite chose me chiffonne à l’heure où je rédige ce billet. Alors que jadis je tripotais un peu à tort et à travers le fantastique, la littérature dite blanche sinon livide et exsangue, voire paraît-il … Lire la suite de Les Ovoïdes rêvent-ils de Croûtons électriques ? (2/4)

Les Ovoïdes rêvent-ils de croûtons électriques ? (1/4)

I – Introduzione: Moderato cantabile ma non troppo gigolo Je devrais me sommer en pointant vers le ciel un doigt tremblant et impérieux de reprendre sur-le-champ tel roman dont je me suis écarté pour des motifs indubitablement suspects, mais qui, malgré des efforts désespérés pour m'y replonger avec une allégresse exaltée, demeurera d'un comateux profond … Lire la suite de Les Ovoïdes rêvent-ils de croûtons électriques ? (1/4)

Le plus long billet de blog jamais écrit et publié dans tout l’univers connu et inconnu (quoique)

Au moment de reprendre la plume pour orner de quelques paragraphes joliment tournés une page ravie, il me prend une inquiétude funeste qui me fait aller voir ce que d’autres écrivent. Certains sont, je le regrette, infiniment plus doués. D’autres, et pourtant il me répugne de me surévaluer, me semblent moins bons que moi. Surtout, … Lire la suite de Le plus long billet de blog jamais écrit et publié dans tout l’univers connu et inconnu (quoique)