Convergences

Le bout de rocher qui se détache et moi qui glisse, n’essaie surtout pas de me rattraper mais qu’importe, une arrête de basalte déchire la jambe de ma combinaison sans presque faire de bruit – et je pense aussitôt à ces sept syllabes définitives : Respect des procédures. Mes premiers mots lâchés. Aucune hésitation, ils s’imposent lorsque … Lire la suite de Convergences

Une nouvelle Aube

Ce coup-ci, remontons dans le temps. C'est une très (très) vieille nouvelle. 1983. J'avais quinze ans, en gros. Et c'était ma seconde prose (convenable)... Les hommes avaient effectué un très dur labeur, toute la journée, et il était normal qu'ils fussent, pour la plupart, exténués. Ils avaient, aussi, extrêmement bien travaillé, et tout était maintenant … Lire la suite de Une nouvelle Aube

Ad Infinitum

- I - Je connais Jonas depuis presque vingt ans. Connaissais ? Restons au présent, si tu veux bien. Je préfère. Plus tard, peut-être que l’imparfait se justifiera. Je ne l’espère pas. Pour le moment, il vaut mieux considérer que si tous les temps se valent, d’une certaine manière, il en est un seul que nous … Lire la suite de Ad Infinitum

De Profundis

De : François Clouzot de Latour, Premier Attaché aux Archives du Haut Commissariat National. À : Général Arnaud Chodebelle – État-major des Armées – Division des Capitulations, Négociations et Pourparlers. Objet : Transmission exceptionnelle du document référencé MAN-21100515-VK-AR1376/TSA. Fontainebleau, 27 octobre 2110. Mon Général, Le document dont copie vous est communiquée à titre dérogatoire sur suggestion du Haut … Lire la suite de De Profundis

Déserteur, pour toi ce labyrinthe

I. Adagio Tout d’abord il frissonne. Encore quelques pas hésitants, un coup d’œil alentours, et désormais incertain de la direction à suivre il s’immobilise. Une main s’attarde dans la chevelure, retombe – geste accompagné d'un soupir résigné. L’hôtel n’est pas loin : un ou deux pâtés d’immeubles l’en séparent. Mais tous se confondent, les rues ont une … Lire la suite de Déserteur, pour toi ce labyrinthe

Blok 61

La voix de Clara est une caresse qui m’effleure à peine. « Comment tu te sens ? » Vaseux. Mal au ventre. Froid. Et incapable de répondre. « Avale ça. » Je sais ce qui m’attend. Le goût épouvantable vous arrache un cri étouffé, et c’est parti pour quelques minutes de calvaire. Après, au moins on se sent en pleine … Lire la suite de Blok 61

Fin de Partie

Il n'est pas d'usage que je m'intéresse au football. Cependant, je ressors des cartons une nouvelle rédigée en 2006, retouchée et corrigée, qui évoque cet admirable sport. Bonne lecture. Tout commentaire sera hautement apprécié. J'aime bien son appartement : il est de si bon goût et si fonctionnel que c'est un délice. Peut-être légèrement trop design … Lire la suite de Fin de Partie