Dimitri Chostakovitch : Symphonie N°4 en ut mineur, opus 43 (1935)

Pour commencer, je crois qu’un petit point d’histoire va s’imposer (succinct, d’abord y a pas marqué « professeur agrégé », mais plutôt « cancre désagrégé », alors ne pas s’attendre à du lourd). En Union soviétique, 1936 n’est pas forcément, semblerait-il, une bonne année pour tout le monde. C’est que ça purge sec, et qu’il faut faire très attention … Lire la suite Dimitri Chostakovitch : Symphonie N°4 en ut mineur, opus 43 (1935)

Publicités

Dimitri Chostakovitch : Symphonies N°2 « Octobre » (1927) et N°3 « 1er mai » (1929)

J’ai jugé difficile d’aborder séparément les seconde et troisième symphonies. Œuvres de commande sinon de propagande, elles offrent tout particulièrement le flanc à la critique et permettent difficilement de porter un jugement honnête sur le compositeur. Si, concernant la seconde surtout, elles sont d’une nature « expérimentale »,  on ne les trouvera pas exemptes de vacuités bien … Lire la suite Dimitri Chostakovitch : Symphonies N°2 « Octobre » (1927) et N°3 « 1er mai » (1929)

Dimitri Chostakovitch: Symphonie N° 1 en fa majeur, opus 10 (1924-25)

Écrite en 1924-25, par un tout frais compositeur de seulement dix-neuf ans (le mioche sur la photo à gauche), interprétée pour la première fois en 1926 par le Philharmonique de Leningrad dirigé par un certain Nicolaï Malko et connaissant dès lors un très vif succès même hors des radieux territoires de l’Union Soviétique, puisqu’elle fut … Lire la suite Dimitri Chostakovitch: Symphonie N° 1 en fa majeur, opus 10 (1924-25)

Ah, Dimitri !

Si je suis tombé dans Chostakovitch, c’est à cause de sa sixième symphonie. Aurais-je commencé par ouïr la troisième, je n’en aurais pas fait grand cas. Il faut dire que celle-ci, dans le genre creux… même si c’est du très joli creux (quand même)… Donc, coup de bol. Mais il est certain qu’à l’époque, de … Lire la suite Ah, Dimitri !