Petite foire aux questions

Après tous ces chapitres d'une portée considérable, j'estime judicieux de porter enfin à la connaissance de tous quelques réponses aux invariables brûlantes questions que se pose quiconque plumitive sans vergogne, voire veut avec fatuité prétendre river à l’entrée de son logis une plaque (dorée et à fioritures) d’écrivain (qui reçoit sur rendez-vous) en se passant … Lire la suite Petite foire aux questions

Publicités

Les quinze phrases à ne pas dire à un écrivain

Oh, pardonnez cet élan de vanité qui laisserait entendre que je suis de la race des gens de lettres. N'étant pour l'heure aucunement compromis avec quelque Grand éditeur (dûment muni d'un contrat signé de mon sang), mais tout juste autoédité/autopublié et présent dans une sublime anthologie (Scories, éditions Hydromel), la reconnaissance de ce statut grandiose … Lire la suite Les quinze phrases à ne pas dire à un écrivain

A nos amours

Il en va de l’écriture comme des histoires d’amour. Finalement, il s’agit bien de ça. Tout commence par une idée. Comme j’en ai il y a peu déjà parlé, je me dispenserai d'évoquer derechef son apparition subite dans le champ de vision de l’auteur soudain subjugué et vais directement passer à la suite. Cette idée … Lire la suite A nos amours

Tema senza variazioni (Allegro funebre)

L’écriture en cours est la préoccupation permanente de l’écrivain. C’est passant chez Nathalie Salvi (auteure que je dois recommander), que j’avais rebondi pour rester accroché à cette petite phrase toute simple, innocente et anodine. Ce terrible constat, j’en suis un exemple flagrant. Souvent, s'il me prend une envie de bloguer, je ne parle que de … Lire la suite Tema senza variazioni (Allegro funebre)

Éloge de la brouillonitude

Tout scribouilleur qui se respecte élabore, consciemment pour les uns, inconsciemment pour les autres, une méthode qui lui permettra de venir à bout des aléas de son inspiration. Celle-ci, qui porte à cajoler des idées parfois loufoques, doit être apprivoisée puis disciplinée. Faute de quoi, quel que soit le talent d’écriture, on assistera à une … Lire la suite Éloge de la brouillonitude

Mon Dieu virgule quelle horreur point d’exclamation

J’avais jadis, quelque part durant le néolithique, du temps où je sévissais sur Overblog, pondu quelques lignes sur la question du style dans un article[1] intitulé Une petite tape(tte) sur la joue[2], et n’ai eu ensuite de cesse de revenir sur ce qui est parfois un bien douloureux problème. Cette réflexion (comme il se doit … Lire la suite Mon Dieu virgule quelle horreur point d’exclamation

La règle ou la trique

Je vais faire un atroce aveu. Il y a plusieurs années, lorsque j’avais la prétention de construire un roman de la meilleure façon possible, j’avais fait l’acquisition d’un logiciel (peu coûteux, heureusement) d’assistance à l’écriture. Ne ricanez pas, cet accès de stupidité en a frappé bien d’autres, et à l’époque le fabuleux Scrivener n’existait pas[1]. … Lire la suite La règle ou la trique