trois ans

L’Indé Panda a trois ans. Neuf numéros. Une pelletée d’auteurs ont partagé ses sommaires. Moult nouvelles de styles, genres, et inspiration divers y ont fleuri. On y aura lu du bon, voire de l’excellentissime, et on y aura lu du médiocre (de mon point de vue), parce que c’est comme ça, les comités de lecture … Lire la suite trois ans

Dimitri Chostakovitch: Symphonie N°8 en ut mineur, opus 68 (1943)

Après les pages conclusives de la Leningrad, pleines d’un optimisme enthousiaste et de lendemains qui chanteront (même si on sent malgré tout que le compositeur avait peine à y croire), voilà plus d’une heure de musique éprouvante, dure, sans concession, noire, ensanglantée jusqu’à la nausée. Écrite durant l’été 1943 en (seulement!) deux mois, ce qui … Lire la suite Dimitri Chostakovitch: Symphonie N°8 en ut mineur, opus 68 (1943)

Dimitri Chostakovitch – Symphonie N°7 op.60 « Leningrad » (1941)

Œuvre plutôt longue (une heure et quart, au minimum), imposante, (légèrement trop) monumentale par moments, composée en plein siège, elle assura à son auteur un renom mondial. Plus encore que sa première symphonie, qui pour un gamin de dix-neuf ans était un coup de maître, et avait suscité l’enthousiasme jusqu’en Amérique (vous savez bien, cette … Lire la suite Dimitri Chostakovitch – Symphonie N°7 op.60 « Leningrad » (1941)

Concertante pour deux timbaliers…

  https://youtu.be/d6ll_bjAEw4   Bon. J'évoquai un beau jour le fantasme que représentait pour moi la composition d'une pièce concertante pour timbales. Notons que les percussions m'excitent bien plus que la moindre scène d'un film de David Hamilton (ceci dit, rien d'étonnant: si celui-ci vous émoustille, c'est que vous sortez d'un couvent ou d'un monastère après … Lire la suite Concertante pour deux timbaliers…

Dimitri Chostakovitch – Symphonie N°6 en si mineur, opus 54 (1939)

Après une cinquième bien cadrée, voilà une symphonie même pas dans les normes. Tout de même: trois mouvements déséquilibrés (additionnés, les deux derniers ont la durée du premier), et surtout, pas de glorieux final bien dans le ton. Alors qu’avait été annoncée une apologie musicale de ce bien-aimé Lénine. Je vous jure, vraiment… Donc, ni … Lire la suite Dimitri Chostakovitch – Symphonie N°6 en si mineur, opus 54 (1939)

Dimitri Chostakovitch – Symphonie N°5 en ré mineur, opus 47 (1937)

Aborder la cinquième symphonie de Chostakovitch ne se fait pas sans précautions. Marquant un revirement formel spectaculaire avec un retour au classicisme, renonçant aux expérimentations précédentes de sa folle et inconsciente jeunesse, elle se laisse aborder plus facilement. Le terrain est connu, et bien connu : c’est une œuvre de structure conventionnelle qui prolonge une tradition … Lire la suite Dimitri Chostakovitch – Symphonie N°5 en ré mineur, opus 47 (1937)

L’Alcibiade

Elle le croisa alors qu'elle pénétrait dans le cloître et nota aussitôt trois choses : sa peau mate, ses lèvres entrouvertes, et ses yeux d'un bleu à la clarté incendiaire. L'expression n'était pas très adéquate, jugerait-elle plus tard, mais faute de mieux elle s'en contenterait. Il serait le garçon aux yeux incendiaires, point final. Ils se … Lire la suite L’Alcibiade